Dans mon incessante quète de remplacants potentiels à Amarok je suis tombé il y a quelques temps sur ce petit programme. « Qu’a-t-il de plus que les autres? » me demanderez vous, ce  quoi je repondrais simplement: il a tout ce que les autres ont et bien plus.

Le bestiau a été développé en pensant large, t r è s  l a r g e : codé en perl sur un duron800, avec une collection avoisinant les 20 000 pistes, gmusicbrowser est extrêmement rapide et puissant, avale ma collection sans broncher. Et qui dit grande collection dit sérieux besoin d’organisation et donc de gestion de tags, de filtres, de labels, de notations, de fichiers… et tout ca avec un minimum de ressources.

Les options, bien que discrètes, sont impressionantes. Au menu: lecture aléatoire pondérée, filtres (listes de lecture intelligentes), gestion complète de tous les tags (enfin!), gestion complète de replaygain, ALSA/OSS/ESD/Arts/Sun/Icecast, pulseaudio via gstreamer, gestion des jaquettes, organisation des fichiers, interface personnalisable, labels, recherche de doublons, genres multiples et j’en passe.

Les Plus

Tout ce que vous pourrez imaginer et qui n’est pas dans les moins. Pensez a un mélange d’Easytag, Amarok et de Harry Potter, le tout en GTK.

Les Moins

En utilisant l’interface avancée, on a parfois tendance a se sentir perdu: où cliquer pour telle ou telle commande, comment afficher ce que l’on veut, etc. Cela demande un peu de domptage au début mais au final, gmusicbrowser vaut vraiment le détour.

Pas (encore) de support pour les lecteurs multimédia portables, ni pour wikipedia (en fait si, mais il faut compiler!).

Scrinechottes

La modularité de l’interface en images:

Les interfaces proposées sont nombreuse mais si cela ne vous suffit pas, vous pouvez en coder une vous même.

gmusicbrowser