You are currently browsing the tag archive for the ‘rip’ tag.

Faire un rip de vinyl n’est pas une masse à faire, encore faut-il savoir le faire correctement. Voici donc ma recette pour un rip correct.

La source

Un vinyl, selon l’âge peut être 78, 45 ou 33 tours. Dans ce tuto, on assumera qu’il s’agit d’un vinyl enregistré après l’instauration de la courbe RIAA (donc après 1954).

La première chose à faire c’est de nettoyer assiduement le vinyl. Bien entendu par assiduement je ne veux pas dire au Scotch-Brite, soyons raisonnables.

Une rapide recherche sur google vous donnera plusieurs méthodes. Vous pouvez par exemple utiliser un brosse aux poils (très) souple avec de l’eau distillée et très peu de liquide vaisselle. Séchez avec un tissu qui ne laissera pas de résidus. Continuez avec un rapide lavage à l’alcool isopropyl pour se débarrasser des traces d’eau résiduelles et séchez à l’air libre.

Qu’est ce que la RIAA machin chose?

Quand on « coupe » un vinyl, le signal est aténué avant la gravure en utilisant une courbe d’égalisation: la courbe RIAA. Il en existe beaucoup d’autres: AES, Columbia 78, DECCA FFRR LP etc. mais la RIAA est l’une des plus courante. En gros cette courbe diminue le volume des basses car si cela n’était pas fait, les changements d’amplitudes causées par les basses fréquences feraient sauter la tête de lecture hors de la rainure (et rien ni personne n’aime sauter hors de la rainure).

Bien entendu, si vous altérez le signal d’un coté, il faut le restaurer de l’autre en inversant le procédé. Il y a plusieurs façons de faire cela: utiliser un égaliseur paramétrique (relou), un préamplificateur RIAA (assez cher) ou plus simplement, utiliser Audacity (ce que nous ferons ici).

Parfois les platines vinyl/amplis ont une égalisation incorporée, lisez la documentation de votre matériel pour le savoir. Dans tous les cas, il n’y a plus qu’a ripper: branchez votre platine à l’ampli, l’ampli à l’entrée de votre carte son (line-in ou mic).

Attention! Baissez le son de l’ampli à fond (n’allez pas ruiner votre carte), et annulez tout réglage pouvant altérer le rip (basses, aigus, trebble, dolby-machin-chose, bass-boost etc.).

Rip! Rip! Rip!

Préparez Audacity:

  1. Sélectionnez l’entrée à utiliser.
  2. Activez le monitoring d’enregistrement. Augmentez le son de l’ampli (doucement). Si les barres « touchent » à droite lorsque vous jouez le vinyl, baissez le son de l’ampli (faites ce réglage avant l’enregistrement!). Un son trop faible est préférable à un son trop fort.
  3. Si tout est prêt, commencez le rip: armez l’enregistrement et jouez le vinyl.
  4. Une fois l’enregistrement terminé, enregistrez votre travail! Utilisez un format lossless (FLAC) car nous allons éditer la piste par la suite. Et faites une copie de sauvegarde, on ne sait jamais.
Cliquez sur l’image pour agrandir

Egalisation

Si votre platine/ampli n’a pas d’égaliseur RIAA intégré, il va falloir y remédier. Heureusement pour nous, Audacity est un logiciel open-source et par conséquent un excellent logiciel.

Pour rectifier l’égalisation de votre vinyl, sélectionnez toute la piste (Ctrl+A) et allez dans le menu Effets > Égalisation. Sélectionnez la courbe apropriée en bas, dans notre cas RIAA. La fameuse courbe s’affiche à l’écran. Vous constaterez que les basses (à gauche) sont amplifiées et les aigues (à droite) diminuées. Cliquez sur OK et voilà votre rip égalisé comme un pro!


Cliquez sur l’image pour agrandir

Maintenant que cela est fait vous pouvez bidouiller votre piste à votre guise en retirant d’éventuels clics, hiss ou hum (il y a des filtres tout faits dans audacity). Gardez en tête qu’il vaut mieux appliquer un filtre petit à petit en plusieurs passes plutôt que d’y aller comme un gros bourrin en une seule fois.

Une fois l’édition terminée, n’oubliez pas d’enregistrer votre travail! Vous pouvez conserver le fichier tel quel ou l’encoder sous un autre format (menu Fichier > Exporter) ou encore faire du découpage pour avoir chaque piste dans un fichier.

Et voilà!

Publicités

g3384.png

Si vous avez du mal à vous séparer de vos vieilles cassettes analogiques mais que malheureusement votre iPod ne lit pas les bandes Fe2O3 ou CrO2, un bon rip peut toujours rétablir la balance.

Etape 1: les outils

Pour faire un bon rip, il nous faut quelques outils:

  • Audacity, un éditeur audio complet et très efficace, on l’utilisera pour faire le rip et le remastering
  • Baudline, un analyseur FFT (stand-alone, non libre), on l’utilisera pour déceler les problèmes à rectifier.
  • Un lecteur de K7 audio.
  • Un câble pour relier le lecteur à l’ordinateur.

Etape 2 : Rip, rip, rip!

Préparez Audacity:

  1. Sélectionnez l’entrée à utiliser.
  2. Activez le monitoring d’enregistrement. Si les barres « touchent » à droite lorsque vous jouez la cassette, baissez le son du lecteur K7 (faites ce réglage avant l’enregistrement!). Un son trop faible et préférable à un son trop fort.
  3. Rembobinez la cassette.
  4. Si tout est prêt, commencez le rip: armez l’enregistrement et jouez la cassette.
  5. Une fois l’enregistrement terminé, enregistrez votre travail! Utilisez de préférence un format lossless (FLAC) car nous allons rééditer la piste par la suite.
Cliquez sur l’image pour agrandir

Etape 3 : Analyse

Votre enregistrement a donc un son pourri, c’est normal, les cassettes audio n’ont rien d’audiophile, loin de là. Voyons comment remédier à cela.

L’une des principales caractéristiques des cassettes audio c’est le souffle et le « hiss » incessant qui sont dûs à la qualité de la bande magnétique et de la tête de lecture. L’avantage pour nous est qu’ils sont d’une part incessants et d’autre part limités à certaines fréquences. Nous allons donc utiliser un égaliseur graphique et l’élimination du bruit pour remédier à cela. Mais d’abord il faut savoir quelles fréquences ont été affectées. Pour cela, on va non seulement écouter la piste mais aussi la regarder.

Téléchargez, dézippez et lancez Baudline.

Cliquez droit n’importe où puis sur « pause ». Tapez Alt+O pour ouvrir votre fichier, cliquez sur OK et hop! Voila de drôles de graphiques qui s’affichent à l’écran! Vous pouvez ajouter un lecteur en cliquant droit>output>play deck, et écouter votre œuvre.

Tout en bas s’affichent les fréquences en fonction de leur volume, on appelle ça le « spectre sonore ». Au dessus c’est la même chose mais en fonction du temps, les parties les plus claires représentant un volume plus important. Ce dernier s’appelle spectrogramme. Les différentes unités s’affichent sur les règles à gauche (temps, volume) et en haut (fréquences).

Voici ce que ça donne sur un rip mp3 que j’ai « trouvé » (les couleurs peuvent changer):

Cliquez sur l’image pour agrandir

On remarque plusieurs choses:

  1. Une épaisse ligne sombre entre 11000Hz et 13000Hz. Celle-ci n’est pas noire mais sombre: elle contient donc des données audio mais elles sont plutôt faiblardes, on va donc monter un peu le volume sur ces fréquences
  2. Une ligne claire à environ 15750Hz. Il s’agit en fait du fameux « hiss » typique des K7 audio. Cette « ligne » dans les hautes fréquences ne contient aucune donnée utile et fait mal aux oreilles, on va donc pouvoir s’en débarrasser.
  3. Un « noir » après 16000Hz. Là, rien à faire car il n’y a aucune données restaurables. Ceci est probablement dû au fait qu’il s’agisse d’un mp3. Sur un fichier lossless, on y verrait probablement que de bruit ou du son. (Par défaut Baudline n’affiche pas les fréquences après 22000Hz, le seuil de l’audition humaine)

Voila qui nous guidera pour la prochaine étape. Bien entendu ces remarques sont spécifiques à ce fichier, à vous de les adapter au votre.

Etape 4: Edition

Maintenant que vous savez ce qui cloche sur votre piste, il est temps d’y remédier. Avant de bidouiller la piste, faite une copie de l’original, on ne sait jamais.

Première chose à faire: se débarrasser du bruit. Dans Audacity, zoomez sur le début de la piste, juste avant que la musique ne commence, là ou il est censé y avoir un blanc. Seulement il y a le fameux souffle. Sélectionnez un peu de ce fameux souffle en prenant garde de ne pas sélectionner la musique. Allez dans le menu Effets>Élimination du bruit et cliquez sur « Prendre le profil du bruit ». Sélectionnez maintenant toute la piste (Ctrl+A) et relancez à nouveau l’élimination du bruit. Cette fois, cliquez sur « OK ». Et voilà, le souffle à disparu!

Maintenant, on va rétablir les vilaines fréquences que l’on a détecté avec Baudline. A nouveau sélectionnez toute la piste et allez dans le menu Effets>Égalisation.

Là encore, les unités sont les mêmes que dans Baudline, les fréquence sur l’horizontale et le volume sur la verticale. Cliquez sur la ligne verdâtre sur le graphique, précisément aux fréquences que l’on a détecté auparavant (dans mon cas je clique à 11000, 13000 et 16750Hz). Prenez soin de garder la courbe sur le « 0 » (la ligne bleue sous-jacente). Maintenant augmentez ou baissez le volume de ces fréquences en déplaçant la courbe entre ces points, créez d’autres points si nécessaire.

Dans mon cas, j’augmente un peu les fréquences entre 11000 et 13000Hz et je baisse complètement à 16750Hz:

Cliquez sur l’image pour agrandir

Lancez une prévisualisation, modifiez un peu plus l’égaliseur « à l’oreille » pour corriger d’éventuelles distorsions, surplus de basses, manques d’aigus etc. et une fois que tout vous semble parfait, cliquez sur OK. Et voilà!

Une fois l’édition terminée, n’oubliez pas d’enregistrer votre travail! Vous pouvez conserver le fichier tel quel ou l’encoder sous un autre format (menu Fichier>Exporter) ou encore faire du découpage pour avoir chaque piste dans un fichier.

HELP !

Pour tout problème de son, conseils, ou simplement pour causer musique et apprécier l'ambiance, vous êtes les bienvenus au salon musique

Archives